TSF ouvre deux centres Internet pour les enfants syriens

Date de publication : 16/04/2013 00:00 - Date de modification : 08/07/2019 18:36
Présente depuis plus d’un an aux côtés des médecins syriens grâce à quinze lignes satellitaires et neuf connexions haut débit dans différents hôpitaux de Syrie, Télécoms Sans Frontières accroît son soutien au peuple syrien en intervenant désormais directement auprès des enfants de chaque côté de la frontière avec la Turquie.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) estime à 4 millions le nombre de civils déplacés à l’intérieur de la Syrie, et à plus d’un million le nombre de Syriens qui, pour fuir la guerre, se sont réfugiés dans les camps des pays voisins, en Irak, au Liban, en Jordanie et en Turquie. Plus de la moitié des réfugiés sont des enfants, pour la plupart âgés de moins de 11 ans. Ils sont traumatisés par cette guerre qui fait rage depuis plus de deux ans.

La Turquie héberge actuellement 190 000 réfugiés dans 17 camps gérés par l’Etat, tandis que plus de 70 000 syriens ont trouvé refuge dans les villes turques. La moitié des réfugiés sont des enfants, souvent âgés de moins de 11 ans.

La technologie et les communications peuvent jouer un rôle primordial et les aider à se reconstruire. Afin de faciliter la poursuite de leur scolarité, Télécoms Sans Frontières met en place deux centres Internet dans deux écoles de réfugiés pour environ 2 000 enfants syriens.

Le premier se trouve au sein d’une école aménagée dans le camp de réfugiés à Al Salama, en Syrie. Le camp d’Al Salama a été instauré à la limite de la frontière syro-turque et accueille des milliers de personnes fuyant la guerre. « Zone tampon humanitaire » improvisée, le confort est quasi inexistant, les populations angoissées qui y résident ont échappé à une vie où les bombardements sont incessants.

TSF a fourni des tablettes Android au centre d’Al Salama, ainsi qu’une sélection d’applications sur de nombreux sujets (maths, arabe, sciences naturelles, anglais, français…). Les enfants, répartis en classes de 14, sont encadrés par du personnel local formé par TSF.

Au-delà du cadre scolaire, TSF a créé trois classes spéciales pour les enfants les plus défavorisés, souvent illettrés, venant d’Alep et ses alentours ; des applications spécifiques proposées par TSF permettent de les initier à la lecture et l’écriture. A ce jour, plus de 200 personnes, professeurs comme élèves, ont pu profiter du centre.

C’est à Gaziantep en Turquie que se trouve le deuxième centre, établi dans l’« Ecole de l’amitié » mise en place par la municipalité pour les enfants réfugiés syriens. La plupart des enfants viennent de la région d’Alep, située à 120km de cette ville de l’est de la Turquie.

Depuis sa mise en place par TSF, plus de 660 personnes ont pu bénéficier du centre. Les cours d’informatique et l’utilisation d’internet ont été intégrés dans le cursus scolaire, permettant aux jeunes écoliers de s’accoutumer à de nombreux logiciels.

La connexion Internet offre aux enfants la possibilité de conserver un lien avec leurs amis et leurs familles, mais aussi de se divertir, et d’atténuer le traumatisme de la guerre. L’objectif est également de permettre aux enfants réfugiés de communiquer d’un camp à l’autre. Ces enfants vont pouvoir se réunir, partager leurs expériences liées au conflit et au déplacement, et échanger sur leur vie au quotidien.

En dehors des heures de cours, les centres Internet seront accessibles à l’ensemble des refugiés. Ceux-ci pourront ainsi également renouer avec le monde extérieur et communiquer avec leurs proches.