Témoignage du coordinateur humanitaire UNOCHA sur les opérations de TSF

Date de publication : 12/04/2019 11:05 - Date de modification : 01/08/2019 16:37
« TSF est un partenaire clé pour UNOCHA. Sur une opération d’une telle ampleur avec un si grand nombre d’acteurs, si je ne peux pas communiquer, si nous ne pouvons pas communiquer, alors rien ne fonctionne ». Sebastian Rhodes Stampa, coordinateur humanitaire du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (UNOCHA), explique le rôle crucial assuré par TSF auprès de la réponse humanitaire au cyclone Idai.

Sebastian coordonne la majorité des opérations des Nations Unies et des partenaires opérationnels dans la zone affectée. Grâce au soutien de TSF, les acteurs humanitaires peuvent régulièrement relayer des informations sur leurs actions. « TSF fournit des moyens de communications essentiels, afin de soutenir nos opérations. Nous envoyons une quantité considérable d’informations graphiques sur la situation auprès de bailleurs et de notre Bureau, mais aussi auprès des acteurs humanitaires présents sur les différents centres de coordination sur place ».

En effet, avoir une connexion Internet fiable aide tout le mécanisme de réponse à l’urgence. « Si nous n’avons pas cette possibilité, nous ne pouvons pas partager les bilans et graphiques sur la situation et il est très difficile d’obtenir une image opérationnelle commune. Si  les besoins ne sont pas identifiés, et si la stratégie de réponse n’est pas comprise  alors très vite la coordination s’effondre. L’action de TSF nous permet de partager ces informations prioritaires pour une action efficace. Sans cet appui, notre opération ne fonctionne pas ».



Au-delà du soutien à UNOCHA, TSF aide l’ensemble de la réponse humanitaire. « TSF fournit les moyens de communication, mais pas seulement pour nous, elle soutient aussi le gouvernement, national et local, et bien sûr elle donne aussi la possibilité aux personnes affectées de contacter leurs proches. Une empreinte limitée, mais un service essentiel ».

Dans le cadre de ces opérations, les équipes de TSF ont installé samedi dernier la première connexion satellitaire dans un centre de Médecins sans Frontières (MSF) entre Dondo et Mafambisse (environ 30km au nord de Beira). Ce centre est utilisé pour la coordination d’un hôpital de terrain et des opérations de traitement du choléra. Le réseau mobile dans la zone a été partiellement restauré, mais la connexion n’est pas encore suffisamment fiable pour permettre aux équipes de MSF de mener de manière efficace leurs activités en réponse à l’épidémie de choléra. Grâce à la connexion satellitaire installée par TSF, 35 membres de MSF peuvent travailler directement depuis le centre et donc accélérer leurs opérations en évitant des allers-retours vers des zones mieux connectées. Vu la rapide propagation de l’épidémie de choléra avec plus de 4 000 cas confirmés, cette rapidité de réponse est d'une importance primordiale.

Près d'un mois après l'impact du cyclone Idai sur la région côtière du Mozambique, les réseaux de téléphonie mobile sont en cours de restauration et de nombreuses zones sont désormais couvertes par le réseau local. Alors que la phase de première urgence se termine, TSF reste mobilisée pour faciliter la transition vers la phase de réhabilitation.