TSF fournit la première connexion Internet dans le hub de coordination de Matarara (200km de Beira)

Date de publication : 02/04/2019 15:10 - Date de modification : 28/06/2019 18:20
« On vous attendait avec impatience…ici il n’y a pas de connexion. Nous devons prendre la route pour pouvoir envoyer des messages WhatsApp ». C’est avec ces mots que Mike, coordinateur du centre de secours de Matarara, a accueilli notre équipe qui vient d’installer une connexion satellitaire en soutien aux opérations humanitaires. « Nous devons aller à au moins 17km d’ici pour pouvoir avoir une connexion…cela m’empêche de continuer mon travail ici et c’est un grand problème ».

Le centre permet la coordination des opérations humanitaires dans la zone environnante, entre les provinces de Sofala et Manica. Ces opérations couvrent une zone habitée par presque 1 500 familles, ce qui représente plus de 8 000 personnes qui reçoivent aide humanitaire, nourriture, assistance médicale, refuge et tout ce qui leur est nécessaire pour recommencer leurs vies après la catastrophe. Le centre fournit aussi de l’aide alimentaire à deux camps qui accueillent au total 1 800 personnes déplacées.      

« Maintenant, je pourrai envoyer mes messages beaucoup plus rapidement et ce sera beaucoup plus facile de coordonner l’équipe. Cela signifie du temps gagné pour d’autres activités ! » continue Mike. Lors d’une urgence humanitaire, la rapidité de réponse est d’une importance capitale. Grâce à la connexion installée par TSF, les 25 volontaires du centre (de différentes organisations internationales comme Team Rubicon, CICR, COSACA, SOS Attitude, UK AID and Convoy of hope) peuvent améliorer et accélérer leur réponse à l’urgence.    



Dans la même zone, les équipes de TSF ont aussi conduit des opérations de téléphonie auprès de la population. Gilo, 29 ans, a dû monter sur un arbre pour échapper aux inondations. Déplacé dans le centre de Matarara avec sa femme et leurs deux enfants, il a perdu son téléphone en fuyant les inondations. Grâce à TSF il a pu finalement parler avec un ami qui vit à Chimoio, à 100km au nord, en utilisant le seul numéro de téléphone dont il se souvenait. Le soutien de TSF a été si important pour lui, qu’il n’a pas hésité, juste après son appel, à s’engager et à aider les autres personnes à contacter leurs proches avec les téléphones satellitaires de TSF.  

En parallèle, une autre équipe de TSF travaille depuis samedi dernier dans la zone de Buzi, quelques kilomètres à l’ouest de Beira ; une des zones les plus affectées, encore isolée et accessible seulement par hélicoptère. TSF a mis en place une connexion satellitaire au bénéfice des acteurs humanitaires et conduit aussi des opérations de téléphonie auprès de la population à Buzi et Guara-Guara (6km plus au nord). Plus de 700 personnes dans la zone ont déjà bénéficié des opérations de TSF en seulement trois jours.

Cette catastrophe a déjà fait plus de 500 morts confirmés et des cas de choléra ont affecté à ce jour plus de 1 000 personnes. TSF continue sa mission pour assurer des moyens de télécommunication auprès des acteurs humanitaires et de la population du Mozambique, ce qui comprend aussi la connexion satellitaire pour la coordination humanitaire installée depuis le début des opérations à l'aéroport de Beira.

Gilo
Gilo, bénéficiaire des opérations de téléphonie humanitaire de TSF à Matarara