Contexte : Ouragan
Date de début : 07/09/2017
Date de fin : 27/09/2017
Zones d’intervention : 2 îles

  • Saint-Martin
  • Saint-Barthélemy

Activités :

  • Évaluations télécoms
  • Renforcement de la coordination
  • Opérations de téléphonie humanitaire 
  • Connectivité pour la population

3 centres télécoms pour la coordination
687 utilisateurs uniques
423 Go de données échangées pour la coordination
1 point Wi-Fi pour la population
6 opérations de téléphonie

Ouragan Irma

Date de publication : 07/09/2017 00:00
Date de modification : 03/09/2018 17:15
Le plus puissant ouragan enregistré dans les Caraïbes depuis 1989 a eu un impact important sur les moyens de communications. TSF s'est attachée à fournir des moyens de communications aux personnes affectées et aux acteurs de la réponse dans les zones les plus touchées de Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Contexte

L’ouragan Irma s’est développé le 30 août près des îles du Cap Vert. Il s’est rapidement amplifié avant d’atteindre les Antilles et de poursuivre sa progression vers le sud des États-Unis. Ce dixième cyclone tropical de la saison cyclonique 2017 dans l'océan Atlantique nord s’est avéré être l’ouragan le plus puissant enregistré dans les Caraïbes depuis Hugo en 1989. Il est le premier ouragan a rester classé en catégorie 5 pendant une aussi longue période continue.

Les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, se trouvant sur la trajectoire directe de l’œil de l’ouragan, ont été sévèrement impactées. Le 6 septembre 2017, Irma a frappé avec des vents soutenus allant jusqu’à 300km/h. Les pluies diluviennes, combinées à la submersion de la houle avec des vagues d'environ 10 mètres, ont entrainé d’importantes inondations.

A Saint-Martin, le bilan final faisait état de 11 onze morts, plusieurs centaines de blessés, 25 % des habitations détruites et 40 % endommagées, des bâtiments publics inutilisables et d’une pénurie d'eau potable et d'électricité.

Déploiement

Dès l’alerte, Télécoms Sans Frontières a déployé une équipe depuis son siège vers la Guadeloupe le 7 septembre afin de se rendre à Saint-Martin le plus rapidement possible. Les aéroports et les liaisons maritimes commerciales étaient fermés, TSF a tout de même été parmi les premières ONG à atteindre l’ile en bateau dès le 11 septembre. L’équipe a apporté les technologies satellitaires nécessaires pour soutenir la coordination humanitaire mais aussi pour offrir des appels à la population vivant dans des zones non-couvertes.

Évaluation télécoms

Saint-Martin

Les opérateurs de téléphonie mobiles locaux, Orange et Dauphin, ont rapporté d’importants dommages sur leurs infrastructures à travers l’île, confirmant que la majorité des sites ne fonctionnaient plus. De plus, le réseau électrique national étant en panne, les infrastructures télécoms n’étaient plus alimentées.

Saint-Barthélemy

Les opérateurs mobiles ont rapidement réagi pour rétablir les lignes de communication et ont mis en place des services gratuits pour la population. Néanmoins, les évaluations menées par TSF ont permis d’identifier que certaines zones restaient sans communication six jours après l’impact, mais aussi que les services offerts par des opérateurs mobiles ne fonctionnaient pas partout.

Renforcement de la coordination HUMANITAIRE

Saint-Martin

A Saint-Martin, la première action a été de connecter le Centre Opérationnel Départemental (COD) afin d’organiser et coordonner la réponse à l’urgence sur l’ile, notamment avec les Centres Opérationnels (CO) et la cellule de la Sécurité Civile - composée de militaires et de pompiers. Cette cellule est en charge de toute la logistique de l’île, tant humaine pour les rapatriements mais aussi matérielle pour le fret humanitaire arrivant au port ou à l’aéroport.

Deux autres connexions ont été installées afin d’assurer une liaison permanente pour la coordination des secours et ainsi faciliter la coordination :
- au centre commercial Hope Estate réquisitionné par le Centre Opérationnel (CO) des pompiers et de la sécurité civile. Ce CO est commandé par le COD pour effectuer les missions suivantes : ouverture d’itinéraire, production et distribution d’eau, bâchage de toiture, prise en charge des victimes, etc.
- au Centre Opérationnel de l’aéroport dont les missions principales étaient la sécurisation ainsi que la gestion logistique du fret de l’aéroport.

Le 27 septembre, les deux connexions du COD et du CO fournies par TSF ont été remplacées par des connexions d’opérateurs locaux. La connexion de l’aéroport a été maintenue au service de l’Armée française.

Au total, 423 Go de données ont été échangés et 618 acteurs de l’urgence ont bénéficié de la connectivité de ces trois centres.

Du côté hollandais de l’île, TSF a mis en place une connexion internet via satellite en collaboration avec l’équipe d’urgence de la Fondation Vodafone, partenaire de TSF. Cette connectivité, installée dans les locaux de la Croix Rouge, a servi pour la coordination de l’aide dans la partie néerlandaise de l’île. Au total, 76 Go de données ont été transférés via cette connexion par les acteurs de l’urgence.

Saint-Barthélemy

A l’arrivée de TSF, l’ensemble des sites de coordination d’urgence (COD, Collectivité …) était pourvu de connexion fibre, TSF s’est donc concentrée sur la réponse d’urgence auprès des populations affectées.

Opérations de téléphonie humanitaires

Des opérations de téléphonie ont été menées sur Saint-Martin, notamment dans la zone d’Orléans. Plus de 10 jours après le passage d’Irma, la grande majorité des personnes qui profitaient des opérations de TSF contactaient pour la première fois leurs familles en France ou à l’étranger. Compte tenu de la grande diversité de la population vivant sur Saint-Martin, la plupart des appels étaient à destination de l’étranger (Haïti, USA, République Dominicaine).

TSF a fourni à la population affectée les moyens de communiquer avec leurs proches. Les équipes sont intervenues directement auprès des habitants pour leur offrir des appels téléphoniques par satellite. Ces appels étaient vitaux, la majorité des personnes n'ayant pas eu de contact avec leurs proches depuis la catastrophe.

Connectivité pour la population

Une connexion Internet pour la population a été installée sur l’île de Saint-Barthélemy au quartier d’Anse des Cayes figurant parmi les quartiers les plus affectés et dépourvus de moyens de communications. L’objectif de cette connexion était d’offrir à la population la possibilité de reprendre contact avec leurs proches par la voix ou via les réseaux sociaux, mais également d’obtenir des informations essentielles relatives à leur situation. Un total de 30 Go de données a été transmis à travers cette connexion internet pour la population.

Images