Contexte : Ouragan
Date de début : 20/09/2017
Date de fin : 18/02/2018
Zones d’intervention : 6 régions

  • St Andrew
  • St David
  • St George
  • St John
  • St Joseph
  • St Patrick

Activités :

  • Renforcement de la coordination
  • Connectivité pour les populations
  • Renforcement de capacité

5 lignes satellitaires positionnées stratégiquement
9 ONG et agences soutenues
86 Go de données échangées pour la coordination humanitaire


6 points Wi-Fi pour la population
7 447 utilisateurs uniques
3.2 To de données utilisées par la population


3 opérations Wi-Fi ambulantes
272 utilisateurs uniques
13 Go de données utilisées par la population


20 opérations de téléphonie
910 bénéficiaires

Ouragan Maria

Date de publication : 20/09/2017 00:00
Date de modification : 22/06/2018 10:50
2017 - 2018
TSF apporte son soutien aux nombreuses équipes de secours et aux autorités locales, ainsi qu’aux milliers de personnes affectées sur l’île de la Dominique par l’ouragan Maria du 20 septembre 2017 au 18 février 2018.

Contexte

Moins d’une semaine après le passage de l’ouragan Irma sur les Caraïbes début septembre, un deuxième ouragan de catégorie 5, Maria, a frappé la région le 19 septembre. L’île de la Dominique, particulièrement vulnérable en raison de sa topographie et de son faible développement, a été dévastée par des vents atteignant 260 km/h et des pluies torrentielles. En moins de 24 heures, près de 90% des infrastructures étaient rendues inopérantes, laissant les 73 000 habitants coupés du monde.

Les infrastructures télécoms ont été durement affectées : antennes GSM détruites, glissements de terrain ayant emporté des portions du réseau d’interconnexion sous-terrain, submersion des groupes électrogènes des opérateurs, destruction du point d’arrivée de la fibre d’interconnexion intercontinentale caribéenne.

Déploiement

Télécoms Sans Frontières, qui était en opération sur les îles voisines de Saint-Martin et Saint-Barthélemy en réponse à l’ouragan Irma, a remobilisé une partie de son équipe dès le lendemain du passage de l’ouragan Maria afin de se rendre en Dominique le plus rapidement possible.

Les aéroports dominiquais et les liaisons maritimes commerciales étant fermés, TSF s’est appuyé sur la mobilisation de bénévoles guadeloupéens pour pouvoir rejoindre la Dominique par voie maritime, et ainsi être parmi les premiers acteurs humanitaires à atteindre l’île dès le 21 septembre.

Face aux difficultés provoquées par l’absence de télécoms, TSF a soutenu l’ensemble des organismes de réponse et les populations affectées dans la totalité des districts de l’île.

Renforcement de la coordination

La priorité immédiate était de faciliter l’arrivée des équipes humanitaires spécialisées dans les secteurs vitaux : médical, alimentaire, eau, sanitaire et génie civil. TSF a donc participé à la mise en place du centre opérationnel international au Windsor Park Stadium, en plein centre de la capitale Roseau en y installant une connexion Internet haut débit par satellite. La connexion TSF en était d’autant plus essentielle que le stade avait été reconverti en héliport et était ainsi le point de départ de toutes les opérations de distribution.

Elle a d’ailleurs permis aux acteurs français (SAMU, pompiers de Guyane et Martinique, antenne consulaire de l’Ambassade de France, Alliance Française, MEAE) et internationaux (ECHO, EUCP, PNUD, gouvernement Dominiquais) d’organiser et coordonner leurs opérations terrestres et héliportées.

Face à l’arrivée continue de personnel humanitaire, le déploiement des connexions Internet d’urgence a été coordonné avec l’Emergency Telecommunications Cluster (ETC) et le Groupe de Travail sur les Télécommunications (GTT), dirigé par le Ministère des télécommunications de la Dominique. Ce dernier a demandé le soutien des agences et ONG humanitaires pour déployer des téléphones satellitaires dans des endroits stratégiques afin que les responsables locaux puissent communiquer avec les autorités nationales à Roseau.

La capacité de réponse en télécommunication a ainsi été répartie de manière cohérente et coordonnée en fonction des besoins. TSF s’est alors chargé de rétablir des moyens de communication à Portsmouth, la deuxième ville principale au nord de l’ile.

Une connexion Internet par satellite installée pour la population a été étendue par lien radio jusqu’à l’hôpital de Portsmouth, à quelques centaines de mètres. Cette connectivité était vitale pour permettre au personnel médical de contacter les centres de réapprovisionnement de médicaments à Roseau et organiser les transferts médicaux urgents.

Connectivité pour la population

Zones Internet

Dès le 25 septembre, l’équipe déployée à Portsmouth a mis à disposition une connexion Internet Wi-Fi gratuite en collaboration avec un radioamateur qui s’impliquait dans la réponse communautaire en offrant notamment un service de recharge électrique. Ce lien vital a permis aux habitants de prendre contact avec leurs proches et organiser l'assistance dont elles avaient besoin via les réseaux sociaux, les SMS, les appels téléphoniques et vidéo sur des applications mobiles de messagerie.

Moins de 24 heures après la mise en service de cette connexion, 317 familles s’étaient déjà enregistrées sur le réseau, soit près d’un tiers de la population du centre-ville. Les évaluations ont permis de constater que les principaux canaux de communication utilisés sur place étaient les applications mobiles telles que WhatsApp et Messenger. TSF a ainsi optimisé ses connexions Internet pour s'assurer que les messages via de telles plates-formes puissent toujours être échangés lorsque plusieurs dizaines de terminaux étaient connectés simultanément au réseau.

La population a aussi bénéficié de points d'accès Wi-Fi gratuits dans les villes de Wesley, Marigot et Salybia pour communiquer et s’informer.

Trois mois après le passage de l’ouragan, les moyens de communication n’étaient que partiellement restaurés dans certaines parties de l’île. Alors qu’une majorité de la population civile dépendait des lignes fixes, celles-ci ne seraient pas rétablies avant quelques mois. Les populations sinistrées exprimaient donc toujours un besoin important de bénéficier d'un accès Internet gratuit en raison des difficultés pour passer des appels téléphoniques ou se connecter à Internet via les réseaux mobiles 3G ou 4G.

En décembre, grâce au rétablissement partiel des réseaux mobiles, les connexions Internet des villes de Wesley et Portsmouth ont été relocalisées vers les villes encore isolées de Saint-Sauveur et de Mero.

Wi-Fi itinérant

Face à l'ampleur de la catastrophe et aux difficultés des populations pour se déplacer, TSF a lancé un nouveau service afin d’apporter les technologies au plus proche des sinistrés. Pour la toute première fois le 5 octobre, un accès Wi-Fi haut débit itinérant a permis d’atteindre les zones les plus reculées de l’île.

Equipé d'un 4x4 et d'une parabole satellite mobile, TSF s’est déplacé de village en village pour fournir aux habitants un accès aux réseaux sociaux, aux applications de messagerie instantanée et aux sites d'information. S’adapter aux nouveaux usages des télécommunications est essentiel pour répondre au mieux aux besoins sur le terrain.

Le premier jour d'opérations, l'équipe a couvert les villages de Vieille Case et Thibaud. TSF a ensuite reproduit la même opération dans la ville de La Plaine, dans le district de Saint-Patrick, permettant ainsi à 272 personnes de profiter d’un accès gratuit à Internet.

Opérations de téléphonie humanitaire

Les réseaux GSM ayant été affectés sur la majeure partie de l’île, les populations sinistrées étaient dans l’impossibilité d’émettre ou de recevoir des appels. Dans les quelques cas d’une couverture réseau sporadique, celle-ci était saturée, trop instable et souvent les populations manquaient de crédit téléphonique ou elles avaient perdu leur téléphone.

Constatant ces problématiques, TSF a mené des dizaines d’opérations de téléphonie humanitaire offrant des appels téléphoniques par satellite à travers l’île, jusque dans les villages les plus isolés. 910 bénéficiaires ont ainsi pu contacter leurs proches et les informer de leur situation et de leur besoins. La grande majorité des appels était à destination des Etats-Unis, de la Guadeloupe, du Royaume-Uni et d’Antigua.

En parallèle, TSF mis à disposition des populations une solution de recharge pour aider ceux n’ayant plus de moyen de charger la batterie de leur téléphone.

Activités de TSF en Dominique - Ouragan Maria - 2017

Préparation à la réponse d’urgence

Soucieux de limiter l’impact des catastrophes naturelles dans des zones à risque telle que la Dominique, TSF a souhaité soutenir le renforcement des capacités de réponse en télécommunication du gouvernement.

TSF a effectué une donation d’équipements satellitaires, permettant d’établir des connexions Internet d’urgence. De plus, une formation a été réalisée auprès de fonctionnaires du Ministère de l’Information, des Sciences des Télécommunications et de la Technologie afin de renforcer leur autonomie en cas de nouvelle crise.

Images